L’ORDINATEUR OPTIMAL

Extrait du chapitre tiré du livre «La Dianétique: Évolution d’une Science» par L. Ron Hubbard, 1950

 «[…] Septièmement, cet ordinateur ne nécessiterait pas un programmeur externe, mais bénéficierait d’une complète autodétermination quant à sa programmation, motivé uniquement par le degré d’urgence de la situation, qui lui-même déterminerait.

Huitièmement, cet ordinateur devrait se réparer lui-même et se protéger de tout dommage présent et futur qu’il devrait également pouvoir prévoir.

Neuvièmement, l’ordinateur devrait posséder des perceptions destinées à déterminer le degré d’urgence. Son équipement devrait lui permettre de contacter toutes les caractéristiques nécessaires du monde connu, c’est-à-dire les perceptions visuelles en couleurs, auditives et tonales³, olfactives, tactiles et la perception de soi, car sans cette dernière, il ne pourrait assurer correctement son propre fonctionnement.

Dixièmement, la banque mnémonique devrait stocker les perceptions reçues telles quelles, par ordre chronologique, avec le plus bref laps de temps possible entre chacune d’entre elles. Elles se stockeraient donc comme suit: perception visuelles en couleur (animées), auditives et tonales (fluides), olfactives, tactiles et sensation de soi, toutes étant interconnectées.

Onzièmement, pour parvenir à des solutions, il devrait pouvoir créer de nouvelles situations, imaginer de toutes nouvelles perception, concevoir celles-ci sous forme auditive et tonale, visuelle en couleurs, olfactive, tactile et de sensation de soi, et il devrait pouvoir classer tout cela sous la rubrique «souvenirs imaginés».

Douzièmement, ses banques mnémoniques ne devraient pas se tarir? à l’usage, mais fournir au centre de perception de l’ordinateur des reproductions toujours parfaites, exemptes de déformation, de tout ce que ces banques contiennent sous forme  de perceptions visuelles en couleurs, auditives et tonales, olfactives, tactiles et de sensations organiques.

Treizièmement, la machine toute entière devrait être portable.

D’autre caractéristiques souhaitables existent, mais celles que nous venons d’énumérer feront l’affaire pour le moment.

Il peut paraître quelque peu surprenant, à première vue, d’envisager un tel ordinateur. Le fait est que cet appareil existe et, dans le passé, des milliards et des milliards d’autres ont été créés et utilisés.

En réalité vous en possédez un, car nous parlons ici du mental humain.

Ce qui précède décrit de façon générale le cerveau optimal. […]»